close

EasyJet : ils ratent leurs vacances à cause d’une fausse alerte à la Bombe

Un avion easyJet / Par Tony Skerl - stock.adobe.com

Les reports et les annulations des vols sont monnaie courante dans le secteur du transport aérien. Cela peut arriver sur n’importe quel vol, avec n’importe quelle compagnie et dans tous les aéroports du monde.

Les causes de ces reports et annulations sont parfois le fait d’une « circonstance extraordinaire », comme cela a été le cas ces derniers jours dans plusieurs aéroports français.

En effet de nombreuses alertes à la bombe ont été déclenchées au niveau de plusieurs aéroports en France, notamment à Tours, Lille, Nantes, Toulouse ou encore à Beauvais, Nice ou Nantes.

Bien que ces alertes se soient révélées fausses, elles ont tout de même pu chambouler les plans de plusieurs voyageurs, dont des vacanciers qui ont vu un moment de détente se transformer en épreuve stressante.

Aéroport Bâle-Mulhouse : une fausse alerte à la bombe chamboule les plans des voyageurs

C’est ce qu’ont vécu Fabien et sa fille Jeanne, des clients de la compagnie aérienne low cost easyJet, au niveau de l’aéroport Bâle-Mulhouse, en France. Les deux voyageurs étaient en partance vers l’ile de Chypre pour y passer des vacances, leur programme est tombé malheureusement à l’eau.

Alors qu’ils attendaient leur vol, une alerte à la bombe retentit dans l’aéroport. « Un agent de sécurité a annoncé qu’il fallait évacuer », confie Fabien à France TV Info. Sa fille Jeanne à quant à elle expliqué qu’après 4 heures d’attente, ils ont été informés que « leur vol a été annulé 20 minutes après la levée de l’alerte ».

Les deux voyageurs et leur petite famille sont déçus. Attendant sous la pluie, ils voient leur séjour à l’ile de Chypre gâché. Fabien pense déjà à se faire rembourser les 650 € qu’il a dépensés pour la location du logement Airbnb. Concernant les billets d’avion, c’est une tout autre paire de manches.

En effet, bien que Fabien assure « qu’il a lancé une procédure avec EasyJet pour se faire rembourser », il confie qu’il ne s’attend pas à une indemnisation supplémentaire. Le média français explique qu’une alerte à la bombe est une « circonstance extraordinaire », qui n’est donc pas du fait de la compagnie. Ainsi, cette dernière n’est pas tenue d’accorder un dédommagement forfaitaire en fonction de la longueur du vol.

Derniers Articles

© Copyright 2024 -voyage-lowcost.